Les dangers de l'aluminium 01/04/2013



J'ai regardé, par curiosité, le documentaire sur les dangers de l'aluminium. J'en avais déjà notion, de par mon métier dans la biologie humaine, notamment en ce qui concerne la cancérologie et la néphrologie.
L'aluminium, en tant que métal, est une avancée majeure dans notre vie et il est vrai que sous forme de métal, sa dangerosité est quasi inexistante. Il est donc utile de garder ce matériel, sous cette forme et dans les utilisations qui lui sont attribuées.
Qu'en est-il des sels d'aluminium qui sont utilisés dans les différents produits d'utilisation courante. ILS SONT DANGEREUX. Toutes les études indépendantes ont prouvé leurs dangerosités. Certaines sont mentionnées dans cette émission, sous formes très résumée, mais parlantes. Il suffit de noter que la présence d'aluminium au contact de cellules entraine une réactivité vers l'aspect cancéreux de ces dernières, que les études faites sur les cerveaux de personnes atteintes de dégénérescence montrent des taux d'aluminium augmenté par rapport à des cerveaux sains sans atteinte cérébrale. Certaines études montrent aussi la probable implication de l'aluminium dans l'apparition d'allergies diverses.
Posons-nous la question : Pourquoi, dans notre société actuelle, le nombre de personnes atteintes de dégénérescence cérébrale augmente de manière importante ? Beaucoup d'entre nous ont la réponse facile du vieillissement de la population. C'est un facteur, il ne faut pas le nier. Mais est-ce le seul ?
Autre question alors, qui nous aidera aussi à réfléchir à la précédente, et qui n'a pas de rapport avec l'âge : Pourquoi le nombre de personnes allergiques, ainsi que le nombre d'allergies lui-même est en forte augmentation dans notre société ?
On peut ne pas imputer la totalité de la responsabilité à l'aluminium, mais on ne peut pas non plus l'écarter, surtout lorsqu'on voit les résultats des études. L'action du sel d'aluminium dans les déodorants est de boucher les pores de la peau afin d'éviter la sudation et donc les odeurs au niveau des aisselles. Mais !! Pourquoi donc la nature et l'évolution ont doté certains mammifères de pores ? Pas simplement pour qu'ils "puent" ! Les pores sont essentiels à notre vie, tant pour la sudation, qui est le moyen que la nature a trouvé pour permettre à ces mammifères de réguler leur température, mais aussi pour permettre une partie respiratoire de la peau et donc du corps. Il n'est pas non plus interdit de prêter l'oreille au fait que ces pores ont un rôle dans certains échanges. Alors, pourquoi les boucher ? Nos narines sont-elles donc plus sensibles aux odeurs "désagréables" de nos semblables ? Ces odeurs ont peut-être aussi une signification autre ?
Les sels d'aluminium dans les dentifrices ? Quelle utilité ? Là aussi je ne vois pas ce que leur présence apporte si ce n'est une notion de gélification du produit pour qui tienne mieux sur la brosse. Enfin, je n'irais pas plus loin dans les exemples et je vous engage à regarder les différentes études dont vous trouverez beaucoup de données sur Internet.
Il est un point que je voudrais soulever. Les autorités, quel qu'elles soient, nous bassinent de manière régulière sur le sacro-saint principe de précaution et là, bizarrement, alors qu'un nombre non négligeable de preuves sont présentes, non seulement sur les dangers des sels d'aluminium, mais aussi sur leur atteinte environnementales (destruction d'écosystèmes entiers par destruction de forêts primaires pour l'extraction de la bauxite, utilisation et souillure d'une très grande quantité d'eau entrainant des catastrophes écologiques sur les écosystèmes des cours d'eau) et les dangers non moins sérieux des résidus de l'extraction et de la transformation. Le principe de précaution, disais-je donc, n'est encore pas d'actualité. Va-t-on commencer à se poser des questions dans des années, comme pour l'amiante, lorsque des centaines d'êtres humains seront affectés ?
Je dois dire aussi que j'ai été assez effaré de constater certaines réactions dans cette émission, essentiellement lié à des motifs économiques d'ailleurs, mais celle qui m'a le plus révolté est ce scientifique, qui à mon sens n'a aucune déontologie si ce n'est celle de l'argent, engagé par le consortium d'industriels "aluminium" pour démontrer l'innocuité de ce produit, qui osent dire qu'il n'y a rien, aucune preuve prouvant que l'aluminium est à l'origine des dangers qu'on lui attribue. Il n'apporte lui, aucune preuve du contraire et ses arguments sont absolument désastreux pour qui prend la peine de réfléchir un tant soit peu. Evidemment, le coté économique prend le pas sur toute autre considération, une fois de plus et le bien être de certaines populations, polluées et sacrifiées sur l'hôtel de l'argent n'a que peu d'intérêt.
Il est désolant de constater ce type de réaction mais l'émission se termine quand même sur une note optimiste : un certain nombre de municipalité, en France (et j'espère aussi dans d'autres pays) ont déjà supprimé l'utilisation des sels d'aluminium dans le cadre du traitement des eaux usées, les remplaçant par des sels ferriques. Il est bien entendu à noter que si l'être humain est censé ne pas avoir d'aluminium dans le corps, le fer lui, est indispensable à son fonctionnement. Il vaut mieux donc trouver des traces de sels ferriques dans l'eau que nous consommons plutôt que des traces de sels d'aluminiums. Espérons que bientôt, ce sera toute la population qui pourra profiter de ces changements.

Philou



Commentaire de Pierre : 22/04/2013

La lecture de l'article m'a fait examiner les ingrédients de mon déodorant et dentifrice: apparemment, absence de sels d'aluminium.
Quant au métal lui-même, utilisé pour les ustensiles de cuisine et emballages (albal), il est tout de même recommandé de ne pas les mettre en contact avec des aliments acidifiés (citron ou vinaigre), car il est clair que des sels pourraient alors se former.
Pour ce qui est du principe de précaution, il est bien connu que malheureusement il s'arrête où interviennent des intérêts macroéconomiques par trop importants.


Réagir à cet article