Le sable - Enquête sur une disparition 01/06/2013





Un documentaire très intéressant que Arte a diffusé ce samedi 01 juin et que je vous engage à regarder sur le site, en suivant ce lien : http://videos.arte.tv/fr/videos/le-sable-enquete-sur-une-disparition--7515454.html
Effectivement, ce problème était déjà parvenu à mes oreilles, mais ce documentaire est édifiant et, si nous n'y prenons garde, nous allons au-devant de problèmes très grave dans un futur qui n'est pas si lointain. L'extraction de quantité phénoménale de cette ressource ainsi que les façons totalement imbéciles qui sont utilisées font peur.
Doit-on laisser faire ou doit-on se mobiliser ? bien évidemment, c'est la seconde solution qui a ma préférence ! Ensuite, comment doit-on se mobiliser ? il y a plusieurs façon de faire. La première, pour celles et ceux qui savent faire entendre leurs voix est d'alerter sérieusement les élus de proximités, de s'associer à des associations écologiques qui sont déjà engagées dans ce combat. Pour d'autres, ce sera de faire des propositions, d'apporter des idées de solutions. Il n'est pas forcement nécessaire de ne pas prendre de sable mais il faut aussi apporter des solutions alternatives crédibles et à long terme.
Je vous en cite une par exemple. Il est bien défini, dans ce documentaire, que le sable du désert ne peut être utilisé dans la construction du fait même de sa structure lisse et arrondie. Donc on ne l'utilise pas et il s'accumule en quantité extraordinaire. Le désert est certes un écosystème mais dans une faible proportion, alors pourquoi ne pas l'utiliser pour combler certaines façons absurde de régénérer les plages ?
L'exemple de la Floride est flagrant ! Des milliards de dollars investis pour récupérer du sable au large pour le ramener vers les plages et, pour quel bénéfice ? Aucun puisque ce dernier repart de manière rapide vers le large. Le même investissement pour faire venir du sable du désert ne serait-il pas plus rentable, à long terme ? C'est une question qu'il faut se poser. Car le principe de déplacer le problème de proximité ne se poserait plus et le sable resterait plus facilement à l'endroit déposé.
Bien entendu, l'extraction de ce sable du désert devrait se faire dans un certain respect écologique et humain. Respect écologique qui imposerait de filtrer le sable extrait afin de ne pas détruire la faune vivant dans cette nature. La quantité présente n'altèrerait ni n'impacterait de manière significative sur l'écosystème. Respect humain qui permettrait aussi aux populations autochtones de ne pas subir un impact trop important de ce prélèvement.


Philou



Commentaire de Pierre : 19/07/2013

OK, je suis long à réagir, mais mieux vaut tard que jamais.
Concernant le fait de pallier aux pertes de sable marin par le sable du désert.
Certes, celui-ci est immense. C'est ce que l'on disait des océans avant de s'apercevoir que leurs ressources ne sont pas inépuisables. Car ce serait déshabiller Pierre pour habiller Paul.Sans compter les conséquences biologiques possibles: microbes passant entre les mailles des filtres. D'autre part, quelles seraient les conséquencesde la différence de granulométrie ??
La vérité, c'est qu'il en est du sable marin comme de bien d'autres ressources: il n'est pas inépuisable, et il est victimede l'accroissement forcené de la demande. A ce rythme, notre Terre n'y suffira pas (Eh oui, je deviens malthusien!)


Réagir à cet article