Petite histoire:

Je suis originaire de cette très belle région qu'est la Gironde et comme tout le monde, inconsciemment c'est celle que je préfère, d'autant plus que j'en suis éloigné pour des raisons professionnelles. Aussi, ne m'en veuillez pas si je vous semble un peu partial. Dans cette page, je ne vous parlerais pas des tables. Cela fait trop longtemps que je n'ai plus été aux restaurants du coin donc je me contenterais de vous donner quelques lieux intéressants, et des liens vers ce que je considère comme les vins de meilleurs rapport qualité prix. Il faut savoir que dans ces appellations là, vous payez souvent l'étiquette aussi chère, sinon plus, que le vin lui-même. J'ai eu l'occasion de découvrir des petits châteaux qui valent les grands et qui n'en ont pas le prix. Je ne m'inquiète pas pour les grands crus qui ont déjà vendu leur vin bien avant les récoltes.
Je vous donnerais aussi deux petites recettes. Du moins je vous les citerais et mettrais un petit résumé. Si elles vous plaisent, contactez-moi et je vous les enverrai par email. N'oubliez pas de me mettre les logiciels traitements de textes que vous utilisez car sinon il y a des chances que nous soyons incompatibles. Ce serait dommage.

Les châteaux :

Je ne vais pas tous les citer. Je me contenterais de vous narrer une petite histoire de famille et je vous mettrais les liens vers des sites qui seront sûrement plus explicite que moi en ce domaine.

Il y a bien longtemps, vers le milieu ou lafin des années 1700; mon aïeul (mon arrière arrière arrière grand-père) rechercha du travail prés du lieu ou il vivait. Il avait à peu prés vingt ans. Il trouva un emploi de vigneron tonnelier au château PONTET CANET (www.pontet-canet.com/), à quelques kilomètres à peine de PAUILLAC dans le Médoc. Il y entra et finalement s'y installa. Il faut dire qu'à l'époque, les employeurs logeaient leurs ouvriers pour les avoir sous la main. Il y travailla et y logea donc. Il épousa sa femme et eurent au moins 1 garçon (l'histoire est forcement imparfaite car je n'ai pas retrouvé de trace de souvenir de cette époque) qui choisit de faire sa carrière dans le même métier et au même endroit que son père. Après la mort du premier, son fils continua donc de travailler sur le domaine et d'y vivre comme vigneron tonnelier. Il s'y maria aussi et le couple eut aussi au moins 1 fils. Ce dernier commença sa carrière dans les mêmes conditions que ses père et grand-père mais, au fond de lui, il voulait aller plus haut et découvrir d'autres horizons. Il s'intéressa donc, en parallèle à son travail, au différente façon de travailler le vin. Une fois qu'il eut l'impression d'en savoir assez, il prit la décision d'aller voir ailleurs ce qui s'y passait. Il émigra vers BORDEAUX (www.bordeaux-tourisme.com)et commença par travailler sur les quais de la GIRONDE, chez un tonnelier réputé. Il apprit là tout l'art du tonneau. Après un temps, estimant que son bagage dans les différents domaines concernant le vin devait être suffisant, il décida de prospecter les châteaux du Médoc en vue de trouver un emploi digne de ses compétences. Il trouva un poste de Maître de Chais au château POUJEAUX dans l'appellation MOULIS EN MEDOC ou il eut pour mission de produire un vin digne du terroir. Il resta un certain temps dans ce château et fit son travail de belle manière ce qui lui valut, au bout d'un certain temps, d'être contacté par un des château voisin mais avec une réputation plus importante: le château CHASSE-SPLEEN, même terroir et même appellation.  Il accepta sans hésiter et refit donc son bagage pour un court déplacement. Apparemment, son travail sur place dû donner satisfaction car il finit sa carrière dans ce château au poste de Maître de Chais. Malheureusement pour nous, ses descendants, cet homme n'eut pas de garçon pour reprendre le flambeau dans cette noble occupation. La lignée des tonneliers Maître de Chais fut donc close pour nous. Il nous reste quand même les souvenirs et surtout le goût du vin que mon arrière grand-père donna quand même à sa fille et à ses petits enfants dont l'un est mon père qui m'a transmis ce goût. Je suis resté un certain temps dans le Médoc. J'ai toujours aimé m'y promener et y avoir des amis. En 1982, j'ai même travaillé durant six mois à la cave coopérative de LISTRAC MEDOC (www.listrac.com) en temps qu'ouvrier préposé à la réception des vendanges puis, une fois celles ci terminées, m'occuper de la vinification sous la houlette d'un Maître de Chais avec qui j'ai beaucoup appris. Si ma mémoire est bonne, il s'appelait M. SEUB (je ne suis pas sur de l'orthographe, mais le son est juste). Bref, nous voilà donc à la fin de cette histoire. Profitez des liens pour découvrir ce terroir.

Autres liens intéressants que ce soit pour le vin et pour le tourisme:

www.mairie-bordeaux.fr

www.vins-bordeaux.fr Extra. Rien à redire si ce n'est un temps de chargement un tout petit peu long. Mais enfin, vous apprendrez sur ce site à déguster un vin et vous visiterez le bordelais en vidéo.


Les coins que j'aime:

Ne vous y trompez pas, le Médoc est un coin extra, mais comme je le dis dans la page d'accueil, ce sont mes racines qui parlent. Enfin, il faut reconnaître qu'il y a quand même de très jolies choses.

Nous allons commencer par un petit village superbe, en gironde. Qui n'a jamais entendu parler de St EMILION (qui n'est pas dans le Médoc) sur la rive droite de la gironde. C'est un petit village, au milieu des vignes, qui possède plusieurs particularités:

Son architecture: construit il y a très longtemps, il a gardé cette patine propre au vieux villages.

Ses monuments: de vieilles tours, des ruines alentours avec chacune son histoire, ses châteaux environnants.

Sa face cachée: Un lieu de culte souterrain unique en son genre. A voir et à découvrir. Ses caves enterrées pour la conservation des bouteilles.

Allons, cet endroit doit bien avoir un site web: www.saint-emilion.org

 

Bien, maintenant rentrons dans le Médoc. Commençons par la, je devrais dire les routes des Châteaux. Personnellement, je considère qu'il en existe deux qui finissent par se rejoindre.

La première, celle que l'on dit officielle part de la banlieue bordelaise depuis la ville de Blanquefort. Elle prend la direction de PAUILLAC. (voir carte) la route indiquée est en bleu foncé. C'est sur celle-ci que vous rencontrerez les châteaux les plus connus ainsi que les villages qui font leur réputation (comme MARGAUX). Sur cette route, lorsque vous serez à LAMARQUE, si vous allez vers la GIRONDE, vous pourrez profiter d'un site super. Il y a là un petit marché qui vous offre les produits de la pêche dans l'estuaire, de petits restaurants très chouette et surtout le quai d'embarquement du bac pour se rendre à BLAYE. Une petite demi-heure de trajet pour la traversée et vous pourrez visiter la ville de BLAYE, ville fortifiée et très agréable. Le retour peut s'effectuer aussi par le bac (voir les horaires sur place). A CUSSAC, n'hésitez pas à prendre vers la GIRONDE pour découvrir FORT MEDOC, petit fort construit du temps de VAUBAN, qui se visite tous les jours et dans lequel vous retrouverez toute l'architecture de l'époque. la municipalité permet même l'organisation de spectacles et de concerts régulièrement. Presque au bout de la route n°1, un arrêt à PAUILLAC s'impose. C'est une jolie petite ville et les quais sont chouettes. Il existe en plus, en dehors des bars et restaurants, de petites boutiques qui font en même temps les souvenirs et la vente de vin, ou vous trouverez des objets qui n'existent nul part ailleurs. Enfin, en sortant de PAUILLAC et en prenant la direction de St ESTEPHE, vous passerez devant ou à coté de trois des châteaux les plus réputés au monde. Le moins connu, mais celui que je préfère (cf. petite histoire plus haut), c'est PONTET CANET, c'est une petite propriété avec un très joli petit parc dans lequel s'élève une belle maison bourgeoise. Il est voisin d'un des deux autres qui n'est ni plus ni moins que MOUTON ROTHSCHILD propriété de type château plutôt campagnard. Pour voir ces deux propriétés, il vous faut prendre une petite route vers la gauche en venant de PAUILLAC et en direction du POUYALET. Le troisième est LAFFITE ROTHSCHILD superbe propriété visible depuis la route principale.

La seconde, non officielle mais qui est plus intéressante et beaucoup plus complexe, reprend cette première route mais y rajoute toutes celles qui parcourent le Médoc et permettent de découvrir des petits villages charmants, agréables à visiter et pour y déjeuner que ce soit dans des petits resto ou pour un pique-nique. Les chemins de cette seconde route sont rajouter en bleu ciel sur la carte. Vous constaterez qu'il vaut mieux prendre un peu de temps pour en profiter car outre les différents châteaux et villages, vous pourrez découvrir les caves coopératives qui sont d'un excellent rapport qualité/prix, mais aussi des petites routes qui ne sont pas indiquées sur la carte mais qui mènent toujours à de petits coins intéressants. Si vous allez visiter ces routes, n'hésitez pas à vous y perdre un peu, vous vous retrouverez toujours, à un moment ou à un autre, sur une route connue mais entre temps quelles découvertes. Les villages à découvrir sont, en vrac, LISTRAC, MOULIS, AVENSAN, ST JULIEN, ST LAURENT ET BENON, ST SAUVEUR, VERTHEUIL pour finir par LESPARRE.

Mais le Médoc et sa région, ce n'est pas que le vin. C'est aussi toute une campagne boisée qui favorise les promenades en solitaire ou en famille, c'est aussi des kilomètres de plages de sable fin qui bordent l'océan et deux lacs avec des eaux plus calmes qui permettent aux personnes qui le préfèrent de nager et de s'amuser en toute tranquillité.

Enfin, et chose non négligeable, la mentalité des gens, des vrais gars du cru. Certains les trouveront froids mais les apparences sont trompeuses. Ces gens, je les connais bien. Ils sont forgés dans la franchise et le respect. Lorsque vous les côtoyez, ils ne vous jugent jamais d'emblée et ne vous classent pas dans le doute. Ils vous étudieront et vous n'avez que deux solutions: soit vous leur semblez digne d'intérêt et vous serez respecté et accepté. Mais dans ce cas là, ne les décevez pas car ils ne vous le pardonneraient pas. Soit vous ne les intéressez pas. Dans les rares cas ou cela se produit, ils vous le diront. Ils ne resteront pas superficiels avec vous. Ce sera oui ou non.

Le coin naturiste:

La région de Gironde est excessivement riche à ce niveau. Parallèlement, on ne trouve que très peu de site web sur ce sujet. Je n'en ai trouvé que deux et je vous les livre:

http://www.naturiste.com/liens.html Beaucoup de liens vers des sites de camps (certains liens morts malheureusement).

Sur cette même commune existe aussi un des plus grand centre naturiste d'Europe ouvert toute l'année, il s'agit de Centre HélioMarin de MONTALIVET.

Mais la plus grande richesse pour le naturisme au jour le jour, ce sont les kilomètres de plage de Gironde et des Landes. Il faut savoir que, dés que vous sortez des plages surveillées vous avez la possibilité de faire du naturisme. Bien sur, pour le respect d'autrui, la plupart des gens font une cinquantaine de mètres avant de commencer à s'installer, mais quel pied et quel plaisir. Vous avez là le calme et la tranquillité qui font défaut sur les plages surveillées. Je connais même beaucoup de personnes qui, sans être naturistes, viennent s'installer à ces endroits (n'oublions pas que ces plages sont dites: plage libre) donc on peut y être nu comme rester en maillot. Chacun respecte l'autre. Donc je disais que ces gens viennent se mettre sur ces portions de plage pour être au calme.

ATTENTION: n'oubliez jamais que l'océan, bien que magnifique, peut être dangereux si vous ne respectez pas les règles de sécurité. Renseignez vous aux postes de surveillance.