Vouloir y croire

 

Douceur du temps, douceur de l’âme

Au fil du temps qui me condamne

Vivre un visage couleur de blé

Qui mes mains ne verront jamais

Je voudrais toucher cette fleur

Qui hante mon esprit en pleur

Mais son image au vent s’éloigne

Et mon cœur tout à coup se poigne

 

Elle est jolie et si plaisante

Elle a mis l’espoir en mon cœur

Sa voix si douce et apaisante

Dépose en moi mille lueurs

 

Ces yeux si doux quand elle sourit

Me laisse pantois, ébahit

Je ne crois pas que son image

Soit réelle, c’est un mirage

Brillante même dans la foule

Elle est fluide quand elle s’écoule

Quand elle passe dans mes rêves

En mon tourment survient la trêve

 

Elle est jolie et si plaisante

Elle a mis l’espoir en mon cœur

Sa voix si douce et apaisante

Dépose en moi mille lueurs

 

Comment alors rester de bois

Quand ses yeux se posent sur moi

Même s’ils glissent avec lenteur

Moi qui suis être sans saveur

Je suis l’espace d’un moment

Personnage bien important

Et quand ce regard est passé

Longtemps en moi il est gravé

 

Elle est plaisante et si jolie

Et mon cœur est gonflé d’espoir

Sa voix si douce et si fleurie

Me donne enfin l’envie de croire