Espoir sans y croire

 

Les matins me trouvant au vent du nord soumis

Je n’ai pour horizon qu’une image éblouie

Qui pourtant a planter le couteaux sur mon cœur

Et effacé en moi l’espoir et le bonheur


>Un seul mot me revient au cœur de notre histoire

Ce mot que je voulais rayer de ma mémoire

Mais qui revient sans cesse à mes moindres pensées

Ce mot c’est ADIEU, c’est celui que je hais


Alors que je rêvais, tu m’as dit sans ambages

Tu ne veux plus de moi mais garder mon image

Partie sans écouter, tu fis ton monologue

Je suis un souvenir sans aucun épilogue


Mais il me reste enfin au sens de tes paroles

Une perle d’espoir qui me promet un rôle

Une promesse lue au dernier parchemin

De m’écrire à nouveau d’un prochain lendemain