L'explorateur de l'amour

 

Le paysage ardent de son corps alangui

Réveille le volcan en mes yeux éblouis

Je me sent soudain l’âme d’un explorateur

Courant son corps de femme en formes et rondeurs


La plaine est son visage ou s’éveille la vue

Dans un éclat sauvage et regard éperdu

Je me jette en avant sans cerner le danger

De ce bijoux brillant qui semble m’appeler


Une petite faille en rose dessinée

Sourire un peu canaille et lèvres satinées

Tirant l’aventurier au funeste destin

Vers les bords du baiser et sa chute sans fin


La vallée de sa gorge ou trônent haletant

Brûlant comme la forge deux petit volcans

Ma main autour serpente en prenant les sentiers

Tremblante et indécente en gagnant le sommet


Le vallon de sa hanche à la courbe galbée

Se laisse par la branche alors caresser

Glissant vers le satin d’un ventre ravissant

Dont la couleur matin ondule sous le vent


C’est alors au sommet de ma grande aventure

Lorsque presque épuisé devant ces lieux si purs

Sur son mont de venus se découvre l’entrée

La grotte bienvenue si longtemps recherchée


Quand je pénètre enfin au tréfonds de son corps

Voulant trouver le bien, le fabuleux trésor

Le danger découvert dans le plaisir qui court

Le piège que l’on sert pour tomber en amour.