Flou

 

Mais quel est donc ce flou qui envahit mon cœur

Et de mes sentiments en érode l’ardeur

D’où vient l’incertitude et d’où provient ma peur

Qui fissure chez moi vingt cinq ans de labeur

 

Quelques mots que je lis font jaillir un espoir

Mais dans mon réfléchit la couleur devient noire

Une interprétation trop rapide à l’histoire

Et dès que j’analyse, amène à l’illusoire

 

Je suis sur de moi-même en ma vie, mon métier

Mais dès qu’un sentiment m’envahit, je le sais

Je perds alors ma foi en mes capacités

Je redeviens esclave à la timidité

 

Ces moments là me perdent et font venir en moi

Ces instants de grand doute se mêlant à l’émoi

Je ne sais ou je vais, je m’invente une croix

Je me créé une porte me fermant la voie

 

Je papote et je ris, je suis exubérant

C’est aussi ma façon de taire mes sentiments

Au plus profond de moi les enfouissant

De peur qu’ils ne se voient, deviennent évident

 

Peur de me faire souffrir, oui je ne peux le taire

Mais de cette façon j’ai appris à m’y faire

Ce que je ne veux point c’est de donner l’amer

Et en amener d’autres aux portes des enfers

 

Alors mes sentiments vont rester en mon sein

Dans le fond de mes poches la douceur des mains

La lueur de mes yeux restera dans l’éteint

Pour ne pas engager vers de cruels destin

 

Ma vie est ainsi faite et pour mon avenir

J’ai des rêves d’espoir, de moments à venir

Qui ne verrons jamais d’éclosion survenir

Mais me porte toujours vers le pont des désirs