La Rivière

 

Je vais vous conter la rivière

Et c’est la mer qui me l’a dit

Lorsque ensemble la nuit dernière

Nos discussions ont abouti

 

Elle est née dans la montagne

Fille de la pierre et des pluies

Elle court dans nos campagnes

En serpentant à l’infini

Silencieuse dans les plaines

Soudain à la pente gémit

Accélérant sans perdre haleine

Finie chutant dans un grand cri

 

Elle est porteuse de la vie

Elle peut être sans danger

Elle vous accepte dans son lit

Vous baignant comme un nouveau né

Et quand la faim vous envahie

Elle vous offre à la patience

Perche ou mulet qui font envie

Et comblerons votre impatience   

 

Dans ses grands moments de folie

Se gonflant belle montgolfière

Crinière au vent elle sévit

Pour jouer des tours de sorcière

Elle grossit sans s’arrêter

Emportant tout sur son passage

D’une force à vous épater

Pour parachever ses ravages

 

On la prénomme la rivière

C’est l’océan qui me l’a dit

Et pour celle-ci il est fier

Car c’est grâce à elle qu’il vit